Femmes qui gouvernent

En France, partout sont les femmes, dans les familles, les écoles, les entreprises, les commerces, les tribunaux, les hôpitaux, les universités, les partis politiques, les syndicats… partout sauf à la tête. Elles ne sont toujours que 16% des maires et 7% des présidents d’intercommunalités, à quand une femme présidente de la République ?
Particulièrement misogynes les structures du pouvoir, à tous les niveaux, dans notre pays ? De par le monde, Présidentes ou Premières Ministres, souvent pionnières à ces postes, des femmes y  affirment leurs compétences.  Actuellement, nous en avons compté plus de 20 qui viennent grossir la liste des 54 femmes qui ont dirigé un pays depuis le début du XXe siècle.
Petite revue de portraits en cliquant sur chaque nom.

Kersti Kaljulaid en Estonie
Theresa May au Royaume-Uni,
AmeenahGurib-Fakim de la République de Maurice,
Beata Maria Szydło en Pologne,
Erna Solberg en Norvège,
Hilda C. Heine de la République des Iles Marshall,
SaaraKuugongelwa-Amadhila en Namibie,
TSAI ING-WEN au Taïwan,
Dilma Rousseff au Brésil,
Cristina Kirchner en Argentine,
Laura Chinchilla Miranda au Costa Rica,
Michelle Bachelet au Chili,
Dalia Grybauskaité en Lituanie,
Park Geun Hye en Corée du Sud,
Marie-Louise Coleiro Preca à Malte.
Catherine Samba-Panza en République centrafricaine,
KolindaGrabar-Kitarović en Croatie
Bidhya Bhandari au Népal,

On trouve Atifete Jahjaga au Kosovo et Ellen Johnson Sirleaf, Prix Nobel de la paix dirige le Libéria.

Cheffes de gouvernement, premières Ministres, elles sont  aux commandes de pays  ou viennent juste d’abandonner cette charge : la chancelière Angela Merkel en Allemagne,

Helle Thorning-Schmidt au Danemark,  
Ewa Kopacz en Pologne,
Sheikh Hasina Wajed au Bangladesh,
Julia Gillard en Australie,  
Portia Simpson-Miller en Jamaïque,
Kamla Persad-Bissessar à Trinité-et-Tobago,
Nicola Surgeon en Ecosse.
Ana Jara au Pérou
Johanna Sigurdardottir en Islande
Iveta Radicova en Slovaquie